Crédit sans intérêt

C'est quoi le crédit immobilier, comment cela fonctionne ?

Message par karim » 13 Juin 2013 9:10

karim
Membre
 
Message(s) : 13
Inscription : 20 Fév 2013 17:50

Message par dija » 23 Juin 2013 14:04

Bonjour,
Je vous remercie pour vos orientations, j'ai entendu parler de la banque el baraka , mais est ce qu'elle répond aux exigences d'el chariaa en matière d'acquisition de bien?
dija
Membre
 
Message(s) : 30
Inscription : 10 Juin 2013 9:34

Message par karim » 23 Juin 2013 15:47

Bonjour ,

Personnellement j'ai eu l'occasion de discuter avec un cadre commercial d'el baraka sur ce sujet ,

d’après lui la banque ne donne pas de l'argent directement au bénéficiaire mais plutôt elle paye le fournisseur (propriétaire de l"appartement , terrain.. ) ,

donc en quelques sortes elle fait la revente du bien ,

Je précise que je ne suis pas spécialiste dans ce domaine , pour votre question si ce type d'opération est conforme ou non a la chariaa : allaho a3lem

??????? ??? ????? ?? ???? ?? ??????

Merci de nous tenir au courant si tu trouves des réponses.
karim
Membre
 
Message(s) : 13
Inscription : 20 Fév 2013 17:50

Message par adem0031 » 23 Juin 2013 16:16

mais si elle vend tu dois imperativement acheter selon son articles c ke tu dois acheter ça
adem0031
Membre
 
Message(s) : 97
Inscription : 05 Mars 2013 12:42

Message par karim » 24 Juin 2013 7:50

Bonjour ,
oui bien sûr , la banque achète le bien de son propriétaire et elle le revend , et pour le cas d'une auto construction la banque paye le fournisseur du matériels et les travaux ,
karim
Membre
 
Message(s) : 13
Inscription : 20 Fév 2013 17:50

Message par hamidou » 08 Juil 2013 19:06

Bonjour,
ce que je ne comprend pas , c'est comment les gents s'affolent a demander un logement LPP alors que les prix c'est 4million au minimum et supérieure à 6million de dinars pour un F5 alors que quelqu'un qui veux évité les intérêts et LA RIBA, comment peut t-il faire pour payer, vu que les logement LPP c'est payable cache.
un autre point, quelqu'un qui a 6 million de dinars cache en sa possession, ne peut pas acheté 120 mètres carrés un terrain au alentours de chebli ou ouled Belhadj et construire une petite maisonnette.
C'est juste mon avis
Merci
hamidou
Membre
 
Message(s) : 21
Inscription : 08 Juil 2013 18:34

Message par karim » 11 Juil 2013 11:08

Bonjour ,

totalement d'accord avec vous , avec 6 millions de dinars vous pouvez acheter et bâtir une petite maison dans les alentours d'alger.
karim
Membre
 
Message(s) : 13
Inscription : 20 Fév 2013 17:50

Message par hamidou » 01 Août 2013 15:21

sinon avec 6Million on achète en Espagne, c'est mieux non? et j'aurai comme voisin Carmen et Julio; wahad ma Y3ASS wahad.
hamidou
Membre
 
Message(s) : 21
Inscription : 08 Juil 2013 18:34

Message par ingel » 04 Août 2013 9:18

hamidou a écrit :sinon avec 6Million on achète en Espagne, c'est mieux non? et j'aurai comme voisin Carmen et Julio; wahad ma Y3ASS wahad.


j'aime
L'actualité logement en continue sur : http://actualites.lkeria.com/
Site web de lkeria : http://www.lkeria.com/
Avatar de l’utilisateur
ingel
Administrateur
 
Message(s) : 1524
Inscription : 26 Déc 2012 10:59

Message par dersouh » 29 Août 2013 22:04

bonsoir a tous,
j'ai suivi toute la discussion et ce que je me pose comme question !!!!
si el barakabank se dit banque islamique donc même si il y a des truc qu'elle fait d'une manière non légale comme on dit nous : 3la rakbetha , nous on s'est adressé a une banque islamique.
j'ai l'intention de faire un crédit pour un logement avec cette banque et j'espère que c'est vrai halal.
dersouh
 
Message(s) : 1
Inscription : 29 Août 2013 21:52

Message par rosedesable » 10 Oct 2013 12:40

Arnaque islamique: vraiment sans intérêts? Regardez ces deux articles

Dans les deux articles qui suivent parus en France vous verrez l’arnaque islamique des prêts immobiliers: la banque achète le bien immobilier pour vous et vous le revend ensuite avec une marge. La marge remplace les intérêts, et le tour est joué. Ces deux articles évitent soigneusement de nous dire le montant de la marge.

Je vous donne un autre exemple d’arnaque islamique en matière de prêts « sans intérêts ». Je vous prête 2’000 francs sans intérêts, mais en même temps je vous vends un crayon de deux francs au prix de 500 francs. La différence entre le prix réel et le prix de vente du crayon sert comme intérêts pour le prêt, mais vous ne devez pas le dire. Cette double transaction est parfaitement valide du point de vue islamique. Des ouvrages de droit musulman classique regorgent de telles arnaques (qui portent le nom officiel de hiyal = ruses, escroqueries, attrape-nigauds).

Tout le système des banques islamiques prétendument sans intérêts est entièrement construit sur ces arnaques et les « spécialistes » de ce systèmes ont de nombreux lapins dans leurs chapeaux, prêts à vous vendre le Bon Dieu sans confession. Des spécialistes en arnaques en plein jour… le plus légalement du monde.

Chaabi Bank, filiale française d’une banque marocaine, lance un compte en banque compatible avec la charia, la loi islamique. L’organisme annonce déjà l’arrivée fin 2011 d’un prêt immobilier sans paiement d’intérêts, pour respecter les règles de l’Islam.

Après l’octroi exceptionnel, en octobre 2010, d’un prêt à l’habitat compatible avec les principes de l’Islam, à un sportif de haut niveau, l’idée se généralise en France. La banque Chaabi, filiale de la Banque populaire du Maroc, a lancé lundi 20 juin le premier compte courant qui respecte les principes de la charia. Un principe de prêt immobilier devrait également suivre, d’ici la fin de l’année.

Pour les Musulmans les plus pratiquants, le principe de prêt est contraire aux règles imposées par la charia, la loi islamique. Le croyant ne doit pas payer d’intérêts d’emprunt, ni percevoir d’intérêts sur des sommes déposées sur un compte. Il n’existait pour l’instant aucun produit financier en France répondant à ces règles.

Combler une demande

Or un certain nombre de résidents pourraient être intéressés par des comptes et prêts « charia-compatibles ». Selon un sondage, réalisé en mai 2008 par l’Ifop pour le compte de l’Ifaas et l’Aiddim, « 65% de personnes interrogées qui se privent de tout emprunt à intérêts, plus de 12% ont déclaré ne pas le faire pour des raisons uniquement religieuses ».

L’offre de Chaabi Bank comble donc un vide en France. La banque s’engage à ne pas payer d’intérêts sur les versements, et à utiliser les fonds déposés uniquement pour financer des projets compatibles avec les règles islamiques. Le tout sera garanti par le contrôle d’un « comité de savants musulmans indépendants », précisent nos confrères de l’AFP.

Bientôt un prêt immobilier

Chaabi Bank lancera fin 2011 une offre de crédit immobilier à court terme, reprenant le principe de la « Murabaha » : c’est la banque qui se porte acquéreur du bien immobilier, et le revend ensuite au client, en prenant une marge. Le bénéficiaire ne paie techniquement pas d’intérêts, et respecte donc la loi islamique.

credit immobilier maison billet

Le premier prêt à l’habitat « charia compatible », a été octroyé en France à un « sportif de haut niveau » a annoncé l’Association d’innovation pour le développement économique et immobilier. Son principe permet de ne pas avoir à reverser des intérêts, une pratique contraire à l’Islam. Explications.

C’est lors d’un colloque sur la finance islamique mercredi à Strasbourg qu’Anass Platel, président de l’Association d’innovation pour le développement économique et immobilier (Aiddim), a annoncé la réalisation de la première opération de prêt habitat, « charia compatible », des propos dont l’AFP fait écho. Le bénéficiaire serait un « sportif de haut niveau » pour une maison en région parisienne. Concrètement, le mécanisme adopté est celui d’un achat-revente – « Murabaha » – selon lequel la banque achète le bien immobilier et le revend ensuite au bénéficiaire, avec une marge. Cela permet à ce dernier de ne pas avoir à payer des intérêts, une pratique contraire à la religion musulmane.

Le respect de convictions religieuses

Selon l’Aiddim – qui promeut le développement de la finance islamique en France – un certain nombre de musulmans s’abstiennent en effet de contracter des prêts en attendant l’arrivée de produits financiers en conformité à leur religion. Un sondage, réalisé en mai 2008 par l’Ifop pour le compte de l’Ifaas et l’Aiddim, montrait ainsi que « sur les 65% de personnes interrogées qui se privent de tout emprunt à intérêts, plus de 12% ont déclaré ne pas le faire pour des raisons uniquement religieuses ». L’enquête chiffrait même à plus de 500.000, les personnes intéressées par des offres de financement conformes à leur religion.

Mais la finance islamique reste très marginale en France, en particulier pour le grand public. Anass Platel, dans une interview à nos confrères de Capital.fr, reprise sur le site de l’Aiddim, expliquait que « Depuis le début des années 2000, toutes les grandes banques françaises ont développé ces pratiques pour le compte d’investisseurs institutionnels issus du Moyen-Orient. Mais la finance islamique ne représente encore que 3 à 4% des 27 milliards d’euros d’investissements institutionnels immobiliers en France. En cause : des contraintes juridiques et fiscales encore trop nombreuses comme par exemple la double imposition du financier sur les droits de mutation dans les contrats d’achats-ventes… »

Quatre produits mieux accessibles

Le 24 août dernier, quatre nouvelles instructions fiscales parues au Bulletin Officiel des Impôts, sont venues « préciser le régime fiscal applicable aux principaux outils de la finance islamique existants » et lever certains de ces verrous fiscaux qui freinaient jusqu’alors leur emploi. Des mesures attendues depuis plusieurs mois par les acteurs de la finance islamique et annoncées par la ministre de l’économie Christine Lagarde en juillet dernier. Les opérations concernées sont celles du type « Suruk » (proche des obligations conventionnelles), « Mourabaha » (achat-revente avec marge servant de financement), « Ijara » (proche d’un crédit-bail) et « Istina » (vente d’un bien livré à échéance, proche de la VEFA). « On peut retenir, explique ainsi l’Aiddim sur son site internet, que ces quatre instructions ont pour trait commun de ne pas se limiter à un montage particulier, mais de poser un véritable cadre général. Libre ensuite aux acteurs de structurer, dans ce cadre de droit français, des opérations potentiellement compatibles avec le droit musulman. »

Selon Anass Platel, cité par l’AFP, le marché des crédits résidentiels respectant les principes de la loi islamique peut être estimé en France à 7,2 milliards d’euros. Ce premier prêt à l’habitat contracté en France devrait faire « progresser la mise au point du produit ».
rosedesable
Membre
 
Message(s) : 113
Inscription : 23 Sep 2013 15:16

Précédent

Retour vers Le crédit immobilier

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité